G&Co Aime

FrenchEnglish

La Perle Noire

Finalement, le goût de la Corse ne serait-il pas une part de fromage de brebis un peu affiné, à la belle croûte rustique et tendre comme le fait l’éleveur Martini dans la campagne à trois pas d’Ajaccio, un discret tour de poivre, un trait d’huile d’olive corse douce et parfumée aux arômes du maquis, et un verre de rosé frais de Corse, of course. On peut trouver mieux, mais  c’est plus pareil.
La Corse et l’olivier se fréquentent depuis la nuit des temps. Il fait partie de ces arbres et plantes indigènes comme la myrte et l’arbousier. L’homme ne connaissait pas encore Dieu qu’il savait déjà comment et pourquoi presser l’olive. Il a donc, pour ce faire, greffer et cultiver l’arbre mythique dont certains, protégés du gel, doivent avoir environ 2 000 ans. Après un abandon pour des raisons obscures de cette activité ancestrale, la Corse fait revivre son huile d’olive depuis quelques dizaines d’années. Résultat : en 2004, une AOC Huile d’olive de Corse – Oliu di Corsica –  qui va redonner du cœur à l’ouvrage aux 300 communes intégrées dans l’aire de production et aux 140 producteurs grands et petits, professionnels ou passionnés, qui récoltent chaque année les variétés indigènes à l’île. Comme la Sabina, la Ghjermana di Casinca, la Curtinese, la Zinzala et autres noms qui fleurent bon la douceur de leurs parfums. Car les Corses récoltent, sur des arbres taillés n’ayant pas connu le gel, des olives à pleine maturité ayant eu le temps de mûrir lentement sur l’olivier, perdant ainsi la majorité de leur amertume et de leur piquant pour ne garder qu’une douceur extrême. Cette typicité tout en équilibre douceur/amertume fait aujourd’hui la caractéristique et le charme des huiles d’olive corses. On y retrouve, selon les producteurs et les moulins, des saveurs de noix et d’artichaut bien sûr, mais aussi de la courgette et du romarin, et exceptionnellement du maquis.
C’est le cas des huiles du domaine de Marquiliani. Situé dans l’ancienne province romaine  d’Alalia, aujourd’hui Aléria, sur le plateau d’Aghione, l’oliveraie de 12 hectares bénéficie d’un micro climat de fraîcheur qui donne plus de puissance à son huile. Anne Amalric, héritière de générations de viticulteurs, s’occupe avec amour de ses oliviers. Récolte à maturité, concassage doux, décantage durant trois mois dans des caves à 16°, aucun traitement chimique, et au final un pur jus d’olive 100% naturel. Elle propose trois cuvées différentes dont un chef d’œuvre absolu et unique. Une huile monovariétale à base de Sabine comme jamais vous n’en avez goûté. De la puissance tout en douceur, un nez délicieusement poivré, et en bouche, madre mia, une belle amertume et toutes les saveurs de l’herbe fraîche  et du maquis. C’est le maquis en bouteille ! Elle s’appelle « Fruitée sauvage » et coûte 20 €. Un cadeau de la  terre corse.
Les deux autres cuvées sont bien aussi dont la Ghermana, complexe et ardente. Tout un programme…
Le domaine produit également du vin rosé et propose des chambres d’hôtes.


Domaine de Marquiliani
Aghione
20270 Haute Corse
Tél : 04 95 56 64 02 – 06 25 72 65 62
marquilianne@wanadoo.fr

Haut de page