Restaurants

FrenchEnglish

Frites Atelier

à Anvers par Patrick Faus

: cuisine sans intérêt

: cuisine correcte

: cuisine intéressante

: cuisine enthousiasmante

: cuisine exceptionnelle

Street food _ © Gourmets&co

De la frite chic et chère.

 

Ce fut l’évènement de la fin 2016 à Anvers. Le chef étoilé Sergio Herman, hollandais, auréolé du succès de ses deux restaurants The Jane (** Michelin) à Anvers, et Pure C (* Michelin) à Cadzand, ouvrit une Frites Atelier après Amsterdam, La Haye et autres villes de Hollande.

Sergio Herman livre

De la frite chic, soignée, étoilée, pas de la frite vulgaire et populaire, et autant dire que pour cette simple raison il était attendu au tournant. Il est vrai que sophistiquer la frite à outrance est un peu contre nature, comme faire du fis’n’chips avec du turbot et du caviar.

A ce jour, les avis sont plus que partagés. Les touristes venant en nombre goûter à cette frite haut de gamme et les anversois la boudant consciencieusement. Il faut dire que le chef n’a pas lésiné : les pommes de terre, sélectionnées parmi une centaine de variétés, proviennent de la bonne terre argileuse de Zélande, puis les petits bâtonnets de taille inégale sont plongés dans une huile 100% végétale d’une pureté sans failles, et toutes les sauces sont garanties maison, sans colorants, exhausteurs de goût et autres arômes artificiels.
Dans la friterie, le même soin est apporté à chaque détail : boutique en faux vieux designée par les amis architectes du chef, serviettes en bandes dessinées, pots de sauce en céramique… on est loin du fritkot en roulotte.

Frites, mayonnaise © Gourmets&co

Alors, ces frites ? La boutique est ouverte sur la rue, même l’hiver, on peut manger assis à l’intérieur debout sur tables hautes à l’extérieur. Accueil féminin customisé « sympa/sourire », barquettes (bleues) de frites et trois plats avec frites. Grand choix de sauces : mayonnaise classique, béarnaise, aux truffes, ketchup du chef, andalouse, et des toppings inattendus comme une sauce cacahuète chaude. etc.
Les frites sont cuites saisies et craquantes et justement un peu trop, ce qui provoque un manque de moelleux regrettable. La mayonnaise classique est un peu fade, volontairement sans doute, pour ne pas heurter les palais fragiles. Des frites propres sur elles, bien présentées, pas vulgaires ni pleine de gras mais un peu trop « léchées ».
En plus, tout cela se paye et l’ensemble est un peu cher avec un prix d’entrée pour une simple barquette de 3,50 €.

© Gourmets&co

Korte-Gasthuisstraadt, 32
www.fritesatelier.com

 

Lire la suite: Dock’s Café

Retrouvez la totalité des articles « Reportage Anvers 2018 » dans le lien ci-dessous:
http://www.gourmetsandco.com/tag/reportage-anvers-2018/

Haut de page