Restaurants

FrenchEnglish

Bœuf Maillot par Patrick Faus

: cuisine banale

: cuisine d’un bon niveau

: cuisine intéressante et gourmande

: cuisine de haut niveau… à tous les niveaux

: cuisine exceptionnelle

La salle

Une nouvelle adresse pour amateurs de viande

 

Chef Ludovic SchwartzBallon des Ternes, Bellagio et maintenant le Bœuf Maillot, on peut dire que la famille Menut s’agrandit et s’embellit au point de posséder une offre restauration qui propose les trois grands thèmes qui marchent aujourd’hui et depuis pas mal de temps : pizzeria, brasserie et viandes. Comme d’habitude dans ce groupe familial, la cible est bien perçue, le travail bien fait et le client ressort satisfait.

Le Bœuf Maillot est objectivement une réussite, si l’on excepte la tentative de jeu de mots qui n’est pas des plus heureux. Qu’importe, on est là pour se mettre à table devant une belle viande et la dévorer joyeusement.

Petite salle mais elle fait le maximum, comme l’accueil et le service parfait sous la houlette souriante et d’une efficacité redoutable d’Eloïse, ambiance sympathique de gros et bons mangeurs plutôt masculins ce qui nous change agréablement des foodistas picoreuses de poireaux mal cuits, tables en bois, nappage à carreaux et décoration murale un peu ringarde avec ces affiches et ces posters déjà vus mille fois.

Carte courte mais efficace, droit au but, à base de six plats de viandes dont un cochon et un canard en magret, et deux à partager, une entrecôte Black Angus d’Irlande de 600g et une Côte de bœuf Simmenthal de Bavière de plus d’un kilo. Pour les pros, donc. Le tout à choisir dans deux menus au choix et quelques suppléments.

Le Bœuf Maillot, salade joue de bœuf © P.Faus  - copie

La Bœuf Maillot est une salade tiède de joues de bœuf, accompagnée d’une ravigote à la mayonnaise. Copieuse, riche, et une ravigote bien sur les cornichons et les câpres comme il se doit, un peu d’oignons et des herbes, celle-ci étant liée à la mayonnaise et servie tiède (froide normalement) et donc (très) légèrement écœurante en fin de plat. Une entrée bien dans le style du restaurant.

La Pièce du boucher © P.Faus  - copie

L’Araignée d’Irlande n’est pas un insecte venimeux mais bien un morceau de viande rare et délicieux. La Pièce du boucher aussi qui vient elle d’un Angus américain. Belle pièce, parfaitement saisie (poêlée) par le chef Pascal Chelza, d’une tendreté remarquable et d’une saveur bien marquée.

Frites & pommes dauphine © P.Faus  - copie

Les accompagnements sont nombreux à la fois dans les sauces et les légumes. Frites, bien sûr, normales et acceptables, pommes dauphines un peu sèches, ou pommes sautées, légumes verts, et salade d’herbes. Trois sauces (poivre, sukhotaï, et chimichurri) et moutarde forte à la pression dont on ne retiendra que la sauce poivre bien réussie et qui n’attaque pas trop la saveur de la viande comme les autres sauces assez relevées. Une viande suffisamment goûteuse pour se suffire à elle-même.

Desserts soignés et sans surprises (mousse chocolat, tarte fine aux pommes, etc.) et une Meringue tendre, fruits exotiques, et chantilly, réjouissante et fraiche après ces agapes carnivores. Choix de vins limité sur trois blancs, trois rouges et deux champagnes (de 5 € à15 €) où le Saint-Julien Les Fiefs de Lagrange 2010 en rouge convient le mieux aux plats de viandes.

Une nouvelle adresse pour amateurs de viande qui ne sortiront pas déçus ni indifférents tant l’ensemble est fort soigné dans la qualité des pièces de viande, la diversité des choix dans les origines des races, et dans le talent du chef qui maitrise parfaitement les cuissons. Pas mal pour un début…

L'entrée99, avenue des Ternes
75017 Paris
Tél : 01 55 37 99 64
M° : Porte Maillot
Voiturier
Ouvert tous les jours
Le soir jusqu’à 23h30
Menus : 28 € (2 plats) – 35 € (3 plats)

Haut de page