Restaurants

FrenchEnglish

Bistro Paradis par Patrick Faus

: cuisine banale

: cuisine d’un bon niveau

: cuisine intéressante et gourmande

: cuisine de haut niveau… à tous les niveaux

: cuisine exceptionnelle

BistroParadis7DesignKristianGavoillePhotoMarieGenin

France-Brésil : c’est la cuisine qui gagne

 

Yoann Dinh et Alexandre Furtado, c’est un peu la rencontre fortuite d’une machine à coudre et d’un parapluie sur une table de dissection… Rien ou presque ne les destinait à se rencontrer et surtout à ouvrir un restaurant ensemble. Et pourtant, voila le Bistro Paradis.

Portrait Chef NB_Bistrot Paradis-Copyright A.SchachmesAlexandre Furtado est brésilien, on s’en serait douté. De la région du Minas Gerais, immense, de la taille de la France, et située entre Brasilia et Sao Paulo. Il aime la cuisine (c’est un bon début) et assiste à l’avènement et à l’arrivée des produits d’Amazonie, jusqu’alors inconnu au Brésil. Le chef Alex Attala en sera l’initiateur et ce festival de nouvelles saveurs éblouit Alexandre Furtado. Pourtant, il s’en va. Angleterre d’abord chez Alain Ducasse au Dorchester pour un apprentissage sérieux et distingué. Puis, jeune encore, il bouge à travers le pays, arrive en France chez Constant où il est chef du Café Constant. Il ouvre le restaurant brésilien le Pario avec son ami Eduardo Jacinto, rencontre Yoann Dinh, entrepreneur dans l’âme et passionné de restauration et ils décident de se lancer ensemble. Ce sera le Bistro Paradis.

Une petite salle claire et rutilante où le bois domine en chaises et en tables. Au fond, une petite cuisine où l’on voit le chef s’agiter pour sortir des assiettes en tous points remarquables et passionnantes à découvrir et surtout à goûter. De fait, carte réduite (5 entrées, 5 plats) pour aller au mieux à l’essentiel. L’idée est de mélanger subtilement, sans excès et sans systématisme, une cuisine française agrémentée de notes brésiliennes. Elle est gentille la cuisine française, elle est bonne poire, elle prend le Japon, le Brésil, la Chine, le Zimbabwe, la Catalogne du nord, le Danemark du sud, le Maghreb, l’Inde, et j’en passe. Heureusement, le chef y va mollo et il a raison. Tout est question d’équilibre et il l’a bien compris.

Salade de lentilles © P.Faus

L’amuse-bouche est révélateur finalement du savoir-faire du chef et surtout de son amour du détail. Ici, remarquable : une petite salade de lentilles rehaussée par un vinaigre de vin vieux du plus bel effet.

Champignons, œuf mollet, rapé de noix de coco © P.Faus

Poêlée de champignons sauvages, œuf poché, copeaux de noix de coco fraîche, du plus belle effet en contrepoint et qui nous change du copeau de parmesan aigrelet. Un plat goûteux et original sur des bases connues.
Velouté de butternut légèrement aromatisé à l’huile de truffes, raviole de viande du soleil (viande séchée) snackée à la plancha. Un velouté velours, des alliances de saveurs impeccable, vraiment un bau plat.

Frites de manioc © P.Faus

Basse côte de Blonde d’Aquitaine marinée aux échalotes grises, frites de manioc et jus corsé à l’açaï (sorte de palmier d’Amérique du Sud). Etonnant mais franchement délicieux, cuisson parfaite, jus fort goûteux et les frites de manioc… une sorte de drogue douce à la cuisson là aussi parfaite. Passionnant.

Carré de porc ibérique, mousseline de patates douces © P.Faus

Carré de porc ibérique rôti à la fleur de sel, crumble de banane aux oignons grillés, mousseline de patate douce. Quel bonheur, quelle alliance, surtout le crumble parfait et la douceur de la patate en mousseline. Des saveurs d’ailleurs mais finalement très proche.
Desserts franchement sur le Brésil ce qui n’est pas un mal dont un grand Pudim au lait de coco, billes de potiron confites aux épices, tuile à la noix de coco.

Il y a des vins au verre (de 6 € à 8 €), en bouteilles à prix serrés (entrée de gamme à 25 €), de la bière, un accueil adorable et une ambiance fort sympathique dans cette rue de Paradis qui devient une vraie rue gourmande.

Il y a un homme doué en cuisine, un chef qui aime les belles assiettes bien travaillées et bien construites, qui soignent les cuissons et les alliances de produits en provenance des deux pays chers à son cœur et qui réussit des plats goûteux et passionnants à découvrir. Il faut absolument le découvrir dans son petit bistro et sa petite cuisine. Ce n’est pas le paradis mais on s’y approche…

BistroParadis14DesignKristianGavoillePhotoMarieGenin - copie55, rue de Paradis
75010 Paris
Tél : 01 42 26 59 93
www.bistroparadis.fr
M° Poissonnière
Fermé dimanche et lundi
Menu déjeuner : 23 € (3 plats)
Carte 45 € environ

Haut de page