Restaurant Loulou

FrenchEnglish

Terrasse Loulou  ∏Adrien Dirand (17) - copie

Restaurant Loulou par Patrick Faus

: cuisine décevante

: cuisine correcte

: cuisine intéressante et gourmande

: cuisine de haut niveau… à tous les niveaux

: cuisine exceptionnelle

Officielle-2-Restaurant-Loulou

Sans aucun doute, et il faut y courir. Pronto !

 

Ce devait être, c’est, ce sera le restaurant de l’été. Tout a été fait pour et la terrasse est sans nul doute la terrasse définitive qui va être difficile à surpasser aux beaux jours. Beauté, calme, sérénité, le Louvre à gauche, la Tour Eiffel à droite, belle clientèle et beautiful people, le ticket est ultra gagnant. Le trio infernal Malafosse, Gourcuff, Cassan (Flandrin, Monsieur Bleu, Petrus) a encore frappé et emporté de haute lutte cette place très convoitée après l’aventure calamiteuse du Saut du loup.

Loulou restaurant - credit photo Mathieu - chef Benoit Dargare

Au décor, Joseph Dirand. Une réussite dans un choc des couleurs et des styles, baies vitrées et miroirs, qui demeurent cependant en harmonie parfaite. En terrasse, le blanc est roi, chaises et banquettes, les tables un peu serrées mais la posture est au convivial, donc ça passe.

En cuisine, choc des styles à nouveau avec un choix qui s’est tourné vers l’Italie et sa cuisine classique en opposition à la modernité du décor. Encore bien vu, jusqu’au clin d’œil de la petite boutique de produits italiens à l’entrée du restaurant. Le chef Benoit Dargère est à son aise et retrouve les goûts et les saveurs qu’il vient de quitter au Clos Sain Basile à Mougins. A ses côtés, un Italien, c’est la moindre des choses, Diego Compagno qui arrive de Padoue. Jeu de mains, jeu pas vilains, et à quatre mains, en jonglant sur des produits du sud de la France, d’Italie et de Sicile.

Là encore, la réussite est presque totale. Une belle carte, variée et tentante à toutes les lignes, superbement présentée par des coups de crayons de Castelbajac sur le thème de Loulou, et d’une richesse de plats incomparable.

En patientant, on peu s’amuser à grignoter et à partager un assortiment de charcuteries italiennes, Speck Trentino Igp, Mortadelle pistachée, San Daniele 24 mois, etc. Bons produits et l’on peut recommencer le cérémonial plus tard avec les différents fromages italiens.

Artichauts crus… © P.Faus.

Enfin, les Antipasti ressemblent à quelque chose et ne sont plus ce fatras de légumes hors saison, moches et sans goût que l’on nous « balance » habituellement dans une assiette. Les Artichauts violets à cru, Parmigiano Reggiano, sont délicatement parfumés à l’huile d’olive vierge, coupés finement, bien relevés et d’excellente qualité.

Beignets de fleurs de courgettes © P.Faus.

Les premières Fleurs de courgette arrivent en beignet d’une finesse extrême et nous plonge directement dans l’arrière-pays niçois. Une merveille !

Parmi les entrées plus consistantes, variées (poulpe, Vitello Tonnato, soupe de tomates fraîches, etc.), l’Aubergine alla parmigiana est un petit chef-d’œuvre de goût, de cuisson et de la sauce tomate qui l’accompagne. Fond dans la bouche en une explosion de saveurs. Le chef, d’ailleurs, prouvera tout au long du repas quel talent il possède dans les sauces tomates ou autres et dans les assaisonnements.

Raviolis maison all'amatriciana © P.Faus.

Dans les pasta, mieux vaut ne pas rater les Raviolis fait maison et ici préparés all’amatriciana, délicieux mélange de tomates, oignons, et guanciale (joue de porc). Fin et puissamment savoureux pour un pur délice.

Tagliatelle au ragoût de veau © P.Faus.

Dans un genre différent, mais tout aussi riche et goûteux, les originales Tagliatelles maison au ragoût de veau, plat rustique et familial superbement réalisé. On se croirait soudain sous la tonnelle d’une trattoria au fin fond de la Toscane.

Elles vont être les stars de l’été. Elles arrivent déjà auréolées d’une réputation flatteuse et grandement méritées.

Tomates farcies © P.Faus

Les Tomates farcies sont un pur chef-d’œuvre. Là aussi très «comme à la maison » ou « comme les faisait ma maman ». En fait, elles sont belles, joufflues, emplies d’une farce selon la tradition provençale ( ou presque), entourées d’une sauce délicieuse, et d’un goût parfait. Quel bonheur de les retrouver comme on les avait laissé !

Tiramisu © P.Faus.

Desserts quand même ? Au vu du Tiramisu, trop tarabiscoté dans la présentation pour être honnête, bien que la touche (trop) discrète d’alcool soit présente, et après des fraises, framboises un peu neutres malgré un bon crémeux de mascarpone, on constate que ce n’est pas, pour l’instant, la force de la maison. Comme souvent en Italie, disons-le…

La carte des vins ? Parfaite avec une splendide sélection en bouteilles et vins au verre dont un merveilleux Soave Colli Scaligeri blanc 2013, de chez Cantina Filippi à Castelcerino et servi en magnum. Il peut faire tout le repas avec grâce.
Le service ? Hommes et femmes, présents, aimables, efficaces… Comme l’accueil, attentif et disponible.

Une grande et belle table méditerranéenne est née ? Sans aucun doute, et il faut y courir. Pronto !

Musée des Arts Décoratifs
107, rue de Rivoli
75001 Paris
Tél : 01 42 60 41 96
www.LouLou-paris.com
www.facebook.com/LouLouParisrestaurant
M° Palais Royal
Voiturier
Ouvert tous les jours de 12h à 2H
Carte spécifique de 15h à 19h30

Carte : 60 € environ

Haut de page