Restaurants Paris

FrenchEnglish

Little Mana par Patrick Faus

: cuisine décevante

: cuisine correcte

: cuisine intéressante et gourmande

: cuisine de haut niveau… à tous les niveaux

: cuisine exceptionnelle

176A8147

Un tour et détour de la Méditerranée dans l’assiette

 

Elle s’appelle Nadia. Elle est actuellement chef du restaurant Little Mana (petite maman, en grec) après avoir été seconde de Jérôme Auber, chef du Ratapoil. Son heure de gloire fut de rencontrer puis de travailler avec Alice Waters, la guru de Chez Panisse. Le restaurant est né à l’époque post-hippie de la scène de San Francisco, au moment où il fallait fuir l’invasion des drogues dures dans la ville. Alice Waters a traversé le pont pour s’installer à Berkeley et ouvrir son restaurant avec une volonté farouche de travailler uniquement des produits locaux, bios, et de saison. Le retour à la nature étant une des conséquences positives de ces mouvements de la Californie des années 70.

Nadia

Alice Waters est toujours là-bas, fidèle au poste et à ses principes. Nadia fut marquée par son style et sa personnalité et l’on retrouve cet esprit dans sa cuisine à Little Mana.
Son terrain de jeu et de gourmandise est le pourtour méditerranéen, sans exclusive, tant pour la sélection des produits que dans le mélange des genres. Elle s’y immerge souvent… Italie, Grèce, Liban. Une cuisine de soleil, nature, presque rustique dans sa conception et sa réalisation. Des plats dans lesquels, un peu dans l’esprit des vins « nature », elle semble intervenir le moins possible, fascinée par le produit dans sa virginité naturelle comme seul une urbaine vivant dans une métropole peut l’être.

Alice Waters, restaurant Panisse

La carte est courte mais claire sur les intentions. On y trouve tout ce qui peut faire plaisir à des jeunes filles en mal de nature fantasmée et qui pensent que manger « sain » veut dire manger « bon ». La salle ressemble à la cuisine, claire, aérée, agréable, bois, bois, et bois. Sur les murs, quelques tableaux ou photos d’un artiste exposé ici car la culture doit se rapprocher de l’agriculture. On ne va pas manger idiot, c’est vrai quoi…

Verrines de mézés

Direction Liban pour commencer. Petit festival de Mezzés, six au choix (6 € chaque), dont on retiendra les délicieux Haricots blancs et chèvre frais, servis avec pita et une superbe foccacia maison. Du Labné (lait fermenté et concentré d’origine Liban et Syrie) à l’huile de menthe, et de belles Betteraves rouges et jaunes rôties, accompagnées de fromage blanc et de graines de grenade.

Gâteau semoule à la fleur d'oranger © P.Faus Gourmets&Co

La Porchetta de cochon fermier (cochon de lait cuit à la broche et farci) est d’une qualité remarquable, puissante et bien salée comme il se doit, et servie sur du pain de campagne réchauffé avec un peu d’aïoli light dessus. Âme sensible s’abstenir mais un plat d’une belle rusticité.

Dommage, très dommage, pour des militants des produits locaux et de saisons, de servir en plein mois de février de la Caponata d’aubergines avec une mozzarellina di buffala Pugliese. Il y a tant d’autres choses à faire… Ce n’est pas le tout de se proclamer bio, pur, et local pour aller acheter des aubergines de France (dixit Nadia) donc cultivées sous serre et hors sol !

Le Lieu jaune rôti ne semble pas non plus de la première fraicheur, de toute façon trop cuit donc sec car le filet est très mince, servi avec des pommes de terre parfumées agréablement à l’huile d’olive de Crête.

Porchetta © P.Faus Gourmets&Co

Gâteau de semoule et fleur d’oranger parfaitement réussi, délicat et parfumé, et mignon comme tout.

La carte des vins est à l’image des plats, provenant des mêmes régions dont l’Italie bien sûr mais aussi le Liban, Israël, etc. et même de France, l’ensemble sur une tendance marquée « nature » et pour le moins des vignerons travaillant en bio ou en biodynamie. Prix doux. Nombreux vins au verre.
Service appliqué et concerné, ambiance paisible, et clientèle concernée aussi.

Une table d’aujourd’hui dans nos villes de con-trastes comme disait Bashung, mais une cuisine soignée dans une approche fidèle à un état d’esprit. On n’est pas obligé d’adhérer à 100% pour aller goûter quelques beaux plats bien réussis.

Salle72, rue du Faubourg Poissonnière
75010 Paris
Tél : 01 42 46 30 53
www.littlemana.com
M° : Poissonnière
Fermé dimanche et samedi midi

Mezzés à partager : 6 €
Assiettes à combiner : 6 € à 14 €
Plats : 15 € à 22 €
Desserts : 6 € à 10 €

 

Haut de page