Restaurants Paris

FrenchEnglish

Hôtel du Nord

(à Paris Xème) par Patrick Faus

: cuisine décevante

: cuisine correcte

: cuisine intéressante et gourmande

: cuisine de haut niveau… à tous les niveaux

: cuisine exceptionnelle

Salle et bar

Un certain manque d’atmosphère dans l’assiette…

 

Etonnant de voir comment un quartier de Paris, vivant, modeux, aux terrasses bondées et aux promeneurs venus de tout Paris, peut doucement mais sûrement sombrer dans l’indifférence polie puis dans le rejet partiel ou total. Certes, les quais du canal Saint-Martin n’en sont pas encore là mais la lente désaffection est palpable. Les restaurants ne débordent plus, les boutiques de fringues s’ennuient, le cheap tire tout le monde vers le bas, et pour l’instant personne n’a trouvé de solutions pour remonter la pente.

Les propriétaires de l’Hôtel du Nord le sentent bien. Ils sont là depuis quelques trois ans et ont ouvert par ailleurs le très agréable restaurant Les Chouettes proche du Carreau du Temple (cf. article rubrique Restaurants Paris).
Pourtant, ce petit immeuble légendaire au pied du fameux pont où un film par ailleurs médiocre s’est fait sur une réplique, a du charme. Une première salle type bistrot avec zinc et petites tables, une grande salle après quelques marches, plutôt sombre mais agréable, plancher, tables bois, nappes et serviettes papier, accueil plaisant, service jeune et innocent, mais une ambiance un peu tristounette, en tout cas ce jour-là.

La bonne affaire du lieu est l’ardoise du jour, avec une entrée, deux plats au choix, et un dessert de la carte, pour 15,50 € les deux plats. Difficile de faire mieux…

Cèleri rémoulade, saumon mariné © Gourmets&Co

Certes le Cèleri rémoulade et saumon mariné est trop moutardé, mais le Gigot d’agneau se présente en une belle tranche généreuse, accompagnée d’une purée au siphon. Honnête.

terrine de foie gras, brioche © Gourmets&Co

A la carte, la Terrine de foie gras est vraiment fort copieuse mais de qualité moyenne (foie filandreux), accompagné d’une brioche qui serait plus agréable servie tiède, et un bizarre décor de cerises éclatées du plus mauvais effet dans l’assiette et qui date vraiment.

Volaille, purée, pommes Darphin © Gourmets&Co

Suprêmes de volaille fermière, copieusement servis à nouveau, mais un peu mollassons dû à une cuisson basse température. Accompagnement plaisant, dans le genre new style, de purée au siphon et d’un bloc de pommes de terre Darphin (détaillées en julienne, cuites à la poêle puis au four, pour obtenir une galette épaisse, saisie à l’extérieur et moelleuse à l’intérieure).

Crème brulée © Gourmets&Co

Crème brulée un peu surcuite donc compacte en texture. Dommage.
Choix de vins au verre très succinct, mal servi par les jeunes filles en salle, mais quelques belles bouteilles à la carte à des prix serrés.

Le successeur du chef Wilfried Graux, maintenant aux Chouettes, a quelques (petits) problèmes avec des cuissons mal gérées et des montages d’assiettes brouillons. Artem Romanov, chef actuel, était le second de Wilfried mais n’a pas retenu toutes ses bonnes leçons. Il n’est pas trop tard…

Vraie ardoise102, quai de Jemmapes
75010 Paris
Tél : 01 40 40 78 78
www.hoteldunord.org/fr
M° Jacques Bonsergent
Free WiFi
Ouvert tous les jours de 10h à 1h30

Ardoise : 15,50 € (2 plats) – 19,50 € (avec boissons)
Dessert : 6 €
Carte : 45 €, environ

Haut de page