Restaurants Paris

FrenchEnglish

Le Saint-Joseph

à La Garenne-Colombes (92) par Patrick Faus

: cuisine sans intérêt

: cuisine correcte

: cuisine intéressante

: cuisine enthousiasmante

: cuisine exceptionnelle

Benoit Bordier et Catherine Bordier

Une sorte de définition du bonheur de se mettre à table.

 

Retour attendu, tant le plaisir est au rendez-vous, au Saint-Joseph pour découvrir la belle carte d’automne du chef Benoit Bordier. Pour être belle, elle est belle : vivante, intelligente et gourmande. Toujours chez lui cette envie irraisonnée et peu raisonnable de goûter à tous les plats. Pas de changement dans l’organisation de la carte avec ses quatre entrées, cinq plats, cinq desserts, à choisir dans un menu à 34 €, sans oublier les trois propositions quotidiennes de l’ardoise.

En ce moment, l’automne est dans l’assiette. Il y a un pressé de jarret de porc aux champignons, des lentilles Beluga (le « caviar » des lentilles), de la blanquette de volaille jaune et escargots aux herbes, de l’onglet de veau au cèleri rave mijoté… n’en jetez plus !

Truite rose marinée à l'huile sésame… © Gourmets&co

Jetons par contre notre dévolu sur une superbe Truite rose préalablement marinée à l’huile de sésame et à l’aneth, et crémeux à l’encre de seiche. Mise en assiette parfaite, colorée, précise, festival de senteurs et de saveurs étudiées et équilibrées sur un fond de fraicheur parfaite.
A l’inverse, la Soupe bien chaude de potimarron, onctueuse à souhait, presque veloutée, recèle une pointe de poivrons rouges au curry et des noisettes grillées. Petit chef- d’œuvre de douceur et de goûts.

Daurade royale, sauce oseille.. © Gourmets&co

L’homme est aussi à l’aise avec les viandes qu’avec les poissons. La Daurade royale arrive en un filet d’un blanc presque immaculé car cuit simplement à four bas, agrémenté de pousses de jeunes épinards, de betteraves croquantes, et d’une superbe sauce à l’oseille qui réveille tout ce beau monde grâce à son acidité légendaire. Toujours et encore cet équilibre et cette construction parfaite du plat.

Fine brandade de merlu, vierge de légumes… © Gourmets&co

Plus « rustique », plus riche, plus familiale, la fine Brandade de merlu est ornée d’une vierge de légumes, olives noires et piquillos pour bien marquer les origines méditerranéennes de ce plat, et quelques épices grillées. Un plat délicat, parfumé, sans la présence fortement salée de la brandade originale à base de morue. Tout pour plaire.

Dessert un ton en-dessous avec un Clafoutis aux poires cuites au vin rouge et à la crème de cassis, et amandes, en fait une crème épaisse, neutre, avec des morceaux de poires posés dessus et servis en verrine. Bof…

Riz au lait, vanille © Gourmets&co

Bien sûr, le Riz au lait, légendaire à juste titre, ne quitte jamais la carte. Il était là et bien là et… servi franchement froid. Dommage.

Carte des vins sympathique, à prix doux, et bien sélectionnée par Catherine Bordier, maitresse de maison parfaite tant dans l’accueil que dans la gestion de la salle, et dont le sourire illumine tous les clients.

Le Saint-Joseph demeure et s’affirme même de plus en plus comme le « bistrot » idéal qui résume à lui seul ce que devrait être ce type de restaurant : prix abordables, qualité de la cuisine et même au-delà en ce qui concerne ce chef, sympathie et convivialité de tous les instants dès que la porte est poussée, bref, une sorte de définition du bonheur de se mettre à table. Il faut aller à La Garenne-Colombes !

100, boulevard de la République
92250 La Garenne Colombes
Tél : 01 42 42 64 49
www.restaurantlesaintjoseph.fr
Train : La Garenne-Colombes (10 min de la Gare Saint Lazare)
Fermé dimanche et lundi

Menu/carte : 34 € (3 plats)

Haut de page