Restaurants Paris

FrenchEnglish

Le Grand Pan

à Paris (XVème) par Patrick Faus

: cuisine sans intérêt

: cuisine correcte

: cuisine intéressante

: cuisine enthousiasmante

: cuisine exceptionnelle

Benoit Gauthier (au fond) et son équipe

Un refuge, une oasis, une lumière dans la nuit du pas salé, pas de gras, pas de sucre, pas d’alcool, pas de tout…

 

Côte de porc Ospital, frites au couteau © Gourmets&co

Un chef qui vous propose et prépare une belle et grosse Côte de porc, arrivée en droite ligne de chez l’ami Eric Ospital à Hasparens (64), la fait cuire dans un (très) court bouillon à la volaille, la saisit ensuite et grillotte le gras, puis vous la sert pour deux sur une plancha avec un jus de veau crémé, et des grosses frites au couteau magnifiques, cet homme est BON.

Saison

Son nom ? Benoit Gauthier, bien sûr. Il officie presque tous les jours dans un des meilleurs bistrots de Paris, encore aujourd’hui car il n’est pas né de la dernière averse. Le Grand Pan est un refuge, une oasis, une lumière dans la nuit du pas salé, pas de gras, pas de sucre, pas d’alcool, pas de tout…

Morilles, œuf, lard © Gourmets&co

Un plat remarquable donc, du moelleux, du grillé, du vrai, du beau et du goût. Il n’y a pas que ça car l’homme a de la ressource. Un classique, « son » classique : Morilles, œuf parfait, lard grillé en fines tranches, crème. Le genre de plat qui ne prend pas une ride, qui vous rassure sur l’avenir du monde et qui vous élève l’âme. La table vous offre des moments comme ça, simples et beaux.

Poireaux barigoule © Gourmets&co

Quand le chef est à court d’artichauts, il fait des jeunes poireaux à la barigoule avec une petite burrata en prime. Ca marche, c’est plaisant et c’est goûteux.

Mont-Blanc Grand Pan © Gourmets&co

Le dessert aussi est siglé Benoit Gauthier. Une version personnelle du Mont-Blanc, avec un changement dans la forme mais qui, dans le fond, conserve les saveurs essentielles. Un petit délice…

Sinon, on retrouve toujours avec plaisir les deux petites salles bien patinées qui dégagent une chaleur plus qu’humaine, ambiance joyeux drilles, le petit bar dans la première salle, les ardoises sur les chaises, une au mur qui annonce les « grands » plats, et la tête du chef qui sort régulièrement de la petite ouverture du pass pour voir si ça rigole dans la salle. C’est le cas.

Vins impeccables, du choix et du bon, du bio et des autres (de 4,50 € à 7,50 € le verre), un service à l’unisson de l’ensemble, et Paris qui sera toujours Paris grâce à des chefs de cette trempe.

Dernière nouvelle, en plus du Petit Pan en face, une salle privatisable, flambante neuve, pimpante, tranquille, en sous-sol, un petit salon, et une grande table modulable à loisir. On la réserve à partir de 6 personnes et jusqu’à 30 à 40 personnes. Ca marche tout le temps : petit déjeuner le matin, déjeuner, collation ou apéro toute la journée et dîner le soir. Cuisine du chef, et service aux petits soins.

Logo20, rue Rosenwald
75015 Paris
Tél : 01 42 50 02 50
www.legrandpan.fr
M° : Plaisance
Fermé samedi & dimanche
Fermé une semaine en mai, août, et vacances de Noël

Formule : 22 €
Menu déjeuner : 31 € (3 plats)
Carte : 45 €, environ

 

Haut de page