Restaurants France

FrenchEnglish

Auberge Lou Pinatou

Solignac-sous-Roche (Haute-Loire) par Patrick Faus

: cuisine sans intérêt

: cuisine correcte

: cuisine intéressante

: cuisine enthousiasmante

: cuisine exceptionnelle

L'auberge © Gourmets&co

Deux talents en train d’éclore et c’est merveilleux à voir et à vivre à leur table dans cette belle auberge

 

Une table qui se mérite. La route est longue, mais belle, pour y arriver mais le jeu en vaut la chandelle. Un petit village perché sur un promontoire, une vielle chapelle, des champs et des jardins, des hommes et des femmes de la campagne, presque une carte postale. Pourtant la vie est là. Et bien là, avec ce jeune couple de la région qui a racheté le vieux relais de poste transformé en auberge depuis la nuit des temps et relooké aujourd’hui par ces deux jeunes cuisiniers qui en ont cependant gardé le caractère ancien. Un mélange des genres tout à fait réussi dans la grande salle à manger, cheminée, une terrasse sur la campagne dès cet été, une table d’hôte réservée aux gens du village où aux travailleurs de passage pour qu’ils continuent à manger à des prix qu’ils ont toujours connus (menu à 13 € pour 3 plats). Le chef y tient et cette décision est admirable.

Campagne environnante © Gourmets&co

Le chef, c’est Alexandre Roy. Timide, un peu renfermé, en tout cas pas trop intéressé par la parlotte. Sa compagne, c’est tout le contraire. Souriante, avenante, Charlotte Lutz s’occupe de la pâtisserie et parfois de la salle « pour garder un vrai contact avec les clients » dit-elle. A tous les deux, ils sont en train de créer une des tables les plus passionnante du département.

Pourtant ça démarre mezzo voce avec deux amuses bouches sans grand intérêt : une crème de foie gras un peu écœurante dans la texture, et une tomate/sarrasin sans saveur. Qu’importe, la suite en est d’autant plus étonnante.

Saumon fumé, lentilles, ecrevisses © Gourmets&co

Une association qui devient un classique : saumon fumé, ici très subtilement, et lentilles un peu al dente qui est le débat depuis toujours entre les partisans des lentilles qui restent dures sous la dent, bien détachées, et les amateurs d’une cuisson moins « cailloux sous la dent ». Le débat est à l’intérieur même du restaurant où le chef cuit dur « comme le faisait ma mère », affirme t-il, et sa compagne qui aime plus doux au palais. Pour ma part, je tends vers le « moins cailloux ». Cependant, le plat est une réussite et superbement mis en scène dans l’assiette avec quelques petites écrevisses plus en décoration qu’en véritable saveur ajoutée.

Velouté de potimarron © Gourmets&co

Le Velouté de potimarron, par ailleurs très réussi, est parsemé de petites pétales violettes adorables qui ont un goût d’oignon discret mais bien présent. Etonnant et délicieux en un beau plat rustico/chic.
Le Filet de Féra est cuit vapeur. C’est un choix qui peut se justifier par la fragilité et la douceur de la chair de ce poisson de lac, mais qui donne un poisson tout blanc et finalement assez neutre jouxtant le fade et, paradoxe, agrémenté d’amandes amères trop présentes et qui envahit le plat. Dosage et équilibre mal géré.

La Limousine, cassis, cèpes & betteraves © Gourmets&co

Par contre, le Filet de bœuf Limousine est une vraie merveille de goût, de tendreté mais aussi de mâche grâce à une cuisson au cordeau, un jus au poivre et au cassis impeccable, le tout accompagné d’un crémeux de pommes de terre aux cèpes et purée cardinal. Bravo l’artiste !

Poire pochée aux agrumes © Gourmets&co Chou, mousse au chocolat © Gourmets&co

Après un magnifique plateau de fromages, bien présenté et expliqué et surtout bien axé sur la région en priorité, l’entrée en scène de Charlotte Lutz est un grand moment. Son dessert Poire pochée aux agrumes sur une crème amandine et glace aux noix est tout simplement une merveille de goût et de finesse. Une alliance superbe sur trois produits de saison.

Son Chou moelleux garni de chocolat en mousse onctueuse, confit et crème glacée aux cèpes démontre de l’imagination dans les alliances et une technique redoutable.

Une table déjà remarquable grâce à la merveilleuse complicité du couple, des produits superbes que leur offre la région de Haute-Loire, des idées, de la technique, deux talents en train d’écore et c’est merveilleux à voir et à vivre à leur table dans cette belle auberge.

Le Bourg
43130 Solignac-sous-roche
Tél : 04 71 65 21 54
www.auberge-loupinatou.fr
Fermé 2 semaines en juin, 3 semaines en septembre, et de mi-décembre à mi-février
Fermé dimanche soir et jeudi

Menus : 26 € (3 plats) – 32 € (4 plats)

 

Lire la suite: Le Panier Paysan – L’épicerie de campagne

Retrouvez la totalité des articles « Reportage Les Richesses de la Haute-Loire » dans le lien ci-dessous:
http://www.gourmetsandco.com/tag/reportage-les-richesses-de-la-haute-loire/

Haut de page