Restaurants Paris

FrenchEnglish

Café des Ministères

Paris VIIème par Patrick Faus

: cuisine sans intérêt

: cuisine correcte

: cuisine intéressante

: cuisine enthousiasmante

: cuisine exceptionnelle

Salle

Foncer dès le 21 août, date de la réouverture. Conseil d’ami qui vous veut du bien…

 

Vous pourriez passer devant sans penser à rien sauf peut-être à y prendre un café sur le pouce au bar. Rien d’attirant de l’extérieur, une devanture comme des centaines à Paris, rien de repoussant non plus, l’établissement à l’air calme et impeccable.

Derrière ce côté anodin, il se passe des choses terribles. Il suffit de pousser la porte. L’intérieur vaut l’extérieur. Un décor marin avec vague et écume peint sur les murs, couleur bleue marine, et un alignement de petites tables sans charme particulier avec leurs serviettes et leurs couverts bien mis. Un comptoir et une deuxième salle derrière.

En cuisine

C’est dans la cuisine que ça se passe. Là, sans prévenir et sans frime, officie un maitre des recettes classiques de la tradition française mais avec son twist à lui et surtout avec un talent remarquable qui se remarque de plus en plus. Suivant les saisons, on trouve sur sa carte qui tient sur une feuille, des petites merveilles comme des ballotines, un millefeuille mortel, du lapin, du veau sauce Chivry, des tomates farcies, des escargots de la Drôme à la moelle et sauce bordelaise, et surtout le Vol-au-Vent, ce monument de la cuisine française abandonné en rase campagne par des chefs sans âme et sans mémoire. Il en existe un chez Drouant avec le chef Emile Cotte et au 110 de Taillevent.

Vol au vent © Gourmets&co Vol au vent Grande Tradition au homard © Gourmets&co

Il réalise ce petit chef d’œuvre pratiquement toute l’année adaptant le contenu à la saison. En été, il emplit son feuilletage d’une légèreté diabolique (il doit voler au vent…) de homard breton, ris d’agneau, champignons et épinards. Une merveille de goût, de chaleur, de beauté et cette légende qui revit enfin, magnifique quand elle vous arrive sur l’assiette.

Le responsable c’est le chef Jean Sévègnes. Pas un inconnu mais un discret. Originaire du Lot, près de Cahors, il passe un long moment aux Crayères à Reims, période Didier Eléna, chez Hélène Darroze à Paris, et s’occupera de Ladurée à l’international. Au fond, il aime travailler seul et le voilà dans sa petite cuisine de son bistrot à deux pas de l’Assemblée Nationale où les députés gourmands connaissent bien l’adresse.

Il travaille avec sa femme Roxane qui gère la salle et choisit les vins avec talent. Ce couple simple et d’une gentillesse extrême diffuse un amour de leur travail qui fait chaud au cœur.

Ce jour-là, mi-juillet, avant la fermeture d’été et en plus du vol-au-vent, une formidable Salade de tomates plein champ de chez Didier Pil, œuf fermier, et huile d’olive corse bio. Saveurs éclatantes.

Truite rose française bio en tartare, crème citronnée © Gourmets&co Toamte farcie © Gourmets&co

Une truite rose française bio, en tartare, concombre, radis, crème citronnée, le tout d’une fraicheur extrême car l’homme possède aussi une exigence sur l’origine et la qualité de ses produits.
En plat du jour sur le menu ardoise, une grosse Tomate farcie d’anthologie. Pour finir, une Pavlova à la mangue, glace au lait d’amande comme on en rêve.

Curieux comme souvent, plus on s’éloigne des tics de la mode et des tarabiscotages sans bût, c’est meilleur. Le café des Ministères, on y reviendra, on en reparlera, et on l’aimera de plus en plus. En attendant foncer dès le 21 août, date de la réouverture. Conseil d’ami qui vous veut du bien..

Logo83, rue de l’Université
75007 Paris
Tél : 01 47 05 43 62
www.cafedesministeres.fr
M° : Assemblée Nationale
Fermé samedi et dimanche
De 8h à 22h

Déjeuner sur Ardoise : 25 € (2 plats) – 29 € (3 plats)
Menu Carte : 36 € (2 plats) – 42 € (3 plats)
Plat : 26 €

 

Haut de page