Restaurants Paris

FrenchEnglish

Le Louis XVI

Paris (VIIIème) par Patrick Faus

: cuisine sans intérêt

: cuisine correcte

: cuisine intéressante

: cuisine enthousiasmante

: cuisine exceptionnelle

Daïna et ses acolytes..

Y a t-il un cuisinier en cuisine ?

 

Une brasserie parmi d’autres qui s’essaye à jouer la carte d’une cuisine actuelle sinon actualisée mais qui privilégie la forme au fond.
Bien située en face de l’église qui a abrité longtemps les cendres du plus célèbre couple royal de l’histoire de France, Louis XVI justement et Marie-Antoinette, le lieu est vaste, lumineux avec ses grandes baies vitrées sur le jardin du cloitre, agréable par l’accueil et le service.

L’homme-orchestre de ce renouveau est Guillaume Clauss-Nasta qui a pratiquement carte blanche avec Daïna la patronne en titre. A eux deux, il rédige la carte qui se veut à l’écoute de tout ce qui doit se faire aujourd’hui. Un tour de moulin de producteurs locaux, une pincée de conscience écologique, un zeste de name dropping avec quelques éleveurs, producteurs, et commerçants de renom.
Les poissons sont bien sûr de petits bateaux, les charcuteries de « Chez Momon » (?), le bœuf de « l’ami » Desnoyer, et le pain de Thierry Breton… Tout le monde est sur le pont, passons en cuisine.

C’est là que ça pèche, si j’ose dire. Les meilleurs produits, ou tout au moins d’origine sérieuse, nécessitent un chef à la hauteur pour bien les mettre en valeur. Ce n’est pas toujours le cas au Louis XVI où d’ailleurs, le chef n’est même pas cité et ne sors pas de sa cuisine.

Terrine de cochon © Gourmets&co .j Oeuf parfait, polenta © Gourmets&co

La Terrine de cochon fermier dite « maison » est certes riche et copieuse mais d’une texture fort étrange et d’un manque de relief flagrant. Cochon qui s’en dédit…
L’œuf bio n’est pas tout à fait parfait, un peu mou et fade, mais également mal mis en scène avec sa polenta crémeuse et sa tuile d’Emmenthal posé sans grâce.

Burrata, truffes, huile d'olive © Gourmets&co .j Pavé de merlu, navets © Gourmets&co .j

Par contre, fort bonne Burrata bio de chez Ottanta à la truffe noire, betteraves Chiogga et fleur de sel de Noirmoutier. Bel accord entre la truffe discrète mais bien présente, l’huile d’olive, et le fond de goût de fumé de la burrata.

Les plats peinent un peu à l’image de ce Pavé de merlu, là encore généreux, mais mal posé sur une brunoise de navets jaunes qui n’en est pas une, et l’ensemble reste dans une douce fadeur. L’homme qui se cache en cuisine doit apprendre à « sortir » les saveurs.
Plat de brasserie typique, le Filet de cannette est bien rôti, et accompagné par un riz sauté. Plaisant et copieux.

Pavé de bœuf __Desnoyer__ © Gourmets&co .j

« L’ami » Desnoyer a envoyé un Pavé de bœuf tout à fait remarquable de maturité et de tendreté. Bien saisie, une viande d’un goût exquis et marqué. Pommes Pont Neuf épaisses et nourrissantes.

Crumble © Gourmets&co .j Crème caramel renversée © Gourmets&co .j

Desserts paisibles : Crème de citron, crumble au sésame torréfié, crème fouettée vanille, bien vue, et une crème caramel renversée pas renversante mais dense et plutôt agréable.

Carte des vins bien pensée, faisant la part belle aux vins « nature » et bios avec une dizaine de vins au verre, et entrée de gamme en bouteilles autour des 35 €.

Une table plutôt sympathique et pratique pour les repas de midi sur le pouce, ou le soir pour la sortie des théâtres tout proches. Il parait que le brunch du dimanche est fort plaisant. A vous de voir…

Salle © Gourmets&co .j47, rue des Mathurins
75008 Paris
Tél : 01 71 26 54 85
www.lelouis16-paris.fr
M° : Saint-Augustin
Ouvert tous les jours

Plat du jour : 16 €
Menu : 22 € (2 plats) – 26 € (3 plats)
Carte : 42 € (minimum) – 72 € (maximum)

Haut de page