Rayé de la carte

FrenchEnglish

Môm par Patrick Faus

 

Un anglicisme prévisible pour un lieu qui fleure bon l’actuel, sinon le branché le soir. Le décor confirme : blancheur, espace, bar pour déjeuner ou dîner sur de hautes tables et de bas tabourets…. un designer est passé par là. Petite terrasse sur la rue calme, service décontracté comme il se doit, et en cuisine Nicolas Guillard, un chef qui eut le mérite et la patience de passer par le Murano et le Kube. Pourtant, première bonne surprise avec une carte de vins bien choisis et de bonne provenance avec des propositions de vins au verre à des prix plutôt raisonnables. Par contre, pas de surprises avec la cuisine qui ressemble furieusement au décor. Un peu de tout et de rien, un peu de fun et beaucoup de frime, en tout cas bien étudié pour une clientèle qui ne prend pas la cuisine très au sérieux préférant une approche « ludique » dans tout ce qu’elle entreprend et donc dans l’assiette et dans le verre. Deuxième bonne surprise avec une belle Assiette de charcuteries de l’Aveyron (le jeune patron est de là-bas) au même titre que l’Assiette de tartines qui comprend saumon fumé, végétarien, et un délicieux foie gras. Maki et sashimi revisités sont amusants, jeunes, frais et ne font pas grossir. Tant mieux pour les filles, mais ils n’ont rien à voir avec l’original ! Le Steak d’espadon mi-cuit, basilic thaï et fines courgettes est propre sur lui malgré une présentation trop volumineuse, presque écoeurante, tandis que l’incontournable Hamburger de José B. (viande du Limousin) est assez honnête au contraire des frites proches de la catastrophe par une mollesse coupable. Les desserts se doivent d’être « régressifs »… ils le sont : du Nutella avec la gaufre, de la chantilly 0%, et des smarties dans le tiramisu. Une véritable cuisine ciblée sur les trentenaires urbains pas trop chics, mais qui essayent, amusante, un peu décalée dans l’énoncé de la carte et dans les plats, on travaille sérieusement sur le concept mais moins sur la cuisine, on met des glaçons dans le rosé, du japonisant pour faire attention à la ligne de hanches, et du « fun » à tous les étages. Une cuisine pour faire de l’argent, vite et bien. Respectable, mais sans nous.

Môm
4-6, rue Pierre Demours
75017 Paris
Tél : 01 40 68 72 71
www.momparis.fr
M° : Ternes
Ouvert tous les jours
Brunch le dimanche (11h – 16h) : 35 € – Réservation indispensable
Carte : 35 € environ

Haut de page