Restaurants

FrenchEnglish

La Table d’Aligre par Blandine Vié

: cuisine banale

: cuisine d’un bon niveau

: cuisine intéressante et gourmande

: cuisine de haut niveau… à tous les niveaux

: cuisine exceptionnelle

Couteaux à la plancha © Blandine Vié

Deux amis, Yann Rageness et Hervé Puduis (le chef), ont repris début avril cette enseigne qui s’essoufflait depuis longtemps. Total relooking et changement de cap pour cette table désormais vouée à la cuisine de la mer.
Le cadre est avenant et très lumineux grâce aux grandes baies vitrées donnant sur la place arborée et toujours grouillante de la Place d’Aligre aux heures de marché. Le décor au design épuré mais non agressif, dans des tons gris (meubles), conjugue harmonieusement inox, bois, et fourrure de marmotte synthétique sur les banquettes. Joli, mais un peu chaud sous les fesses quand on est en mini-jupe l’été ! La partie bar a été préservée et l’on peut y venir tout simplement pour prendre un verre et savourer quelques tapas. La cuisine est ouverte sur la salle, mais derrière une baie vitrée, ce qui permet de profiter du spectacle sans en avoir les inconvénients.
Pour la plupart, les poissons et les fruits de mer viennent directement de Bretagne. Les produits sont beaux et frais.
Malheureusement, le parti pris de cuisson à la plancha – cette cuisson à la mode, supérieure au gril dans certains cas (pas toujours) mais qui ne devrait convenir qu’à certains ingrédients car elle abîme tous les autres – gâche notre plaisir, au moins à moitié. D’abord nos entrées : les moules à la plancha (10 €) sont réussies, avec une petite sauce moutardée originale. En revanche, trop grillés, les couteaux (11 €) se révèlent secs et caoutchouteux : impossible de terminer l’assiette. Pour le plat, nous prenons deux barbues (33 €). Là encore, les cuissons sont totalement imprécises. L’une arrive d’un beau blond doré, l’autre est complètement cramée (voir les photos) ! Une petite garniture de légumes à la plancha sans réel intérêt les accompagne. Pour terminer, gentil sorbet maison de garriguettes sauvages – sauvages ? – en dessert (6 €).
La déconvenue est d’autant plus grande que l’endroit est agréable et sympathique, le service diligent et détendu, l’atmosphère plaisante.
D’autres entrées : anchois de Collioure (8 €), calamars à la romaine (13 €), acras de morue (11 €), foie gras cuit au sel (10 €). D’autres plats : homard bleu (vivier du restaurant, 35 €), parillade de crustacés (38 €), espadon (16 €), brochettes de Saint-Jacques et lotte (22 €), ris de veau et Saint-Jacques (24 €) – notons qu’à cette époque de l’année, les Saint-Jacques ne peuvent pas venir de Bretagne, mais du Canada —, papillotes de poisson blanc (18 €). Pour les carnivores, entrecôte à 19 €. Fromage (Saint-Marcellin) à 7 €, et desserts à 6 € : moelleux au chocolat, tarte au citron, panna cotta, crème caramel, etc. Bonne petite cave (plutôt Bourgognes). Salle au premier étage qui peut être privatisée.

La Table d’Aligre
11, place d’Aligre
75012 Paris
Tél : 01 43 07 84 88
Fermé lundi et 3 semaines en août
M° : Ledru-Rollin
Le midi (sauf samedi et dimanche) menu à 14,50 € (entrée + plat + café ou plat + dessert + café) et à 17,50 € (entrée + plat + dessert + café).
Carte (le soir) : entre 40 et 50 €

Haut de page