Restaurants Paris

FrenchEnglish

Au Petit Tonneau par Patrick Faus

: cuisine banale

: cuisine d’un bon niveau

: cuisine intéressante et gourmande

: cuisine de haut niveau… à tous les niveaux

: cuisine exceptionnelle

Sans Arlette Iga, patronne du lieu, ce Petit Tonneau ne serait pas le même. Son charme, son sourire, son accueil, sa prévenance pour s’enquérir « si tout va bien », illuminent la salle et transforment le restaurant qui serait sans elle au bord de l’anodin. Nappes à carreaux rouges et blancs, vaisselle soignée et d’époque, serviettes brodées, petit bar à gauche en entrant, un radiateur d’appoint pour les jours de froid, une poignée qui a vécu pour ouvrir la porte, une musique de fond qui distille doucement Aznavour, Trenet et autres poètes du quotidien, des clients bien attablés, nous sommes donc dans un « vrai » bistrot parisien. Avant l’arrivée d’Arlette Iga, il y a presque deux ans, une femme régnait déjà sur le restaurant depuis ses cuisines et nourrissait sans complexe les affamés de bons plats, du quartier et d’ailleurs. On pouvait lire alors « Au Petit Tonneau, une cuisine de femme ».

Elle ne serait pas dépaysée à la lecture de la carte d’aujourd’hui qui décline toujours les incontournables : blanquette, rognon, chateaubriand au poivre, œuf en meurette, etc. Par contre, l’ardoise du jour est intéressante par sa diversité et le style des propositions. Sole meunière, foie gras cuit au torchon, et ce jour-là un remarquable Velouté de topinambours à l’huile de truffe (dosage parfait) à la texture délicate. Le Gratin de macaronis (un vrai plat à lui seul), pâtes, crème, truffes et parmesan, est certes rustique mais chaleureux et finalement délicieux. Goûteux et riche, il redevient un plat de bistrot loin des sophistications minimalistes des dieux de l’Olympe. Côte de porc (un peu trop cuite) au jus superbe, flanquée d’un gratin dauphinois comme à l’époque où les gens mangeaient…cependant avec du fromage gratiné donc plus savoyard que dauphinois. La Tarte au citron meringuée à la bonne pâte sablée et à la meringue irrésistible est faite maison.

Bel exemple de cuisine de bistrot à l’ancienne, qui n’a pas peur des jus et des sauces, de la crème et du beurre, bien réalisée, soignée pour le respect de la faim du client. Vins au verre copieusement servi, prix doux, l’adresse est immanquable.

20, rue Surcouf
75007 Paris
Tél : 01 47 05 09 01
Aupetittonneau@gmail.com
M° : La Tour-Maubourg
Fermé le lundi
Menus déjeuner : 19 € (2 plats) – 22 € (3 plats)
Carte : 40 € environ

Lire la suite: Chez Frézet

Retrouvez la totalité des articles « Pur Jus » dans le lien ci-dessous:
http://www.gourmetsandco.com/tag/special-pur-jus/

Haut de page