Restaurants Paris

FrenchEnglish

Les Ombres par Patrick Faus

: cuisine banale

: cuisine d’un bon niveau

: cuisine intéressante et gourmande

: cuisine de haut niveau… à tous les niveaux

: cuisine exceptionnelle

Plaisir des sens, en ce restaurant unique par sa situation sur le toit-terrasse du musée du quai Branly, et par sa conception signée Jean Nouvel il y a maintenant sept ans. La vue, une des plus impressionnantes de Paris qui s’offre à vos regards avec la Tour Eiffel si imposante, si proche. L’ouïe qui perçoit au loin, feutrés, du haut de ses six étages, les bruits de la ville en contrebas. Le toucher, plaisir subtil et délicat des nappes et de leurs teintes discrètement ensoleillées pour mettre en valeur la vaisselle, les plats et les convives. Le goût enfin, avec l’arrivée du chef Cyril Lenoir dont le parcours égrène les grands noms de la restauration française : Jean-Michel Lorain, Michel Bras, Michel del Burgo, Pierre Gagnaire, puis Beyrouth, et enfin second d’Eric Fréchon au Bristol avant d’atterrir aux Ombres.
Le défi est d’importance car jusqu’alors le lieu ne brillait pas par la qualité de sa cuisine pensant que la vue suffirait à satisfaire toutes les envies ou endormirait le sens critique. Dommage, et quel temps perdu car pourquoi se privait de l’un sous prétexte que l’on a l’autre…
Bonne nouvelle, ça valait la peine d’attendre. Le chef a mis au point une carte d’une grande richesse, d’un esprit bien dans son époque mais surtout avec une touche personnelle qui fait souvent la différence sur des plats classiques. On peut y piocher allègrement et trouver quelques belles pépites. Il n’hésite pas non plus à faire appel au savoir faire extérieur comme pour le délicieux Pâté en croûte au foie gras de chez Gilles Vérot ou le fameux camembert de Marie-Anne Cantin. Dans le côté « je suis à la mode et je le prouve », il réussit parfaitement sa rencontre franco-américaine entre le lobster du Maine et la salade niçoise. Les belles langoustines, champignons des bois, jus de tête sont parfaites de bon goût et le Suprême de volaille blanche pochée, sauté d’asperge-cacahuète est un festival de saveurs marquées et de textures moelleuses / croquantes bien réussi. Le chef pâtissier, Pascal Chanceau, réussit fort bien le Savarin au Limoncello, crème mi-montée et ses Chouquettes fourrées praliné, nougatine amande, jus de passion, sont une drogue dure !
Une carte des vins qui va à l’essentiel à des prix serrés et sept vins au verre bien sélectionnés entre 7€ (Côtes-de-Brouilly de chez Brun) et 16 € (Haut-Médoc 2007 du Château Belgrave). Veuve Cliquot à la coupe (18 €).
Accueil parfait, service diligent et concerné, le tout sous la houlette d’un directeur hors pair qui comprend et gère une salle comme personne : Edouard Absire.

Les Ombres
27, quai Branly
75007 Paris
Tél : 01 47 53 68 00
www.lesombres-restaurant.com
M° : Alma Marceau
Ouvert tous les jours
Espace lounge sur la terrasse pour apéritifs ou grignotis d’après midi
Menu déjeuner : 28 € (2 plats) – 38 € (3 plats)
Menu dîner : 65 € (3 plats)
Carte : 75 € environ

Haut de page