Restaurants Paris

FrenchEnglish

Oth Sombath

Restaurant Aux Trois Nagas par Patrick Faus

: cuisine banale

: cuisine d’un bon niveau

: cuisine intéressante et gourmande

: cuisine de haut niveau… à tous les niveaux

: cuisine exceptionnelle

… la saga Oth Sombath continue …

Cuisse de canette au curry vertOth Sombath est sans doute le meilleur chef thaï du territoire français, sinon plus… On a beau retourner la question dans tous les sens on ne voit pas qui pourrait lui contester ce titre. Par contre, sans jouer les stars, il a la fâcheuse habitude depuis quelques années d’apparaître et de disparaître à intervalles réguliers ce qui rend nerveux et inquiets la cohorte de ses fidèles, sinon inconditionnels, admirateurs. Ceux qui ont connu et mangé au Blue Elephant à Paris dans les années 1990 même une seule fois dans leur vie ne l’ont jamais oublié tant la beauté de ce restaurant de la rue de la Roquette et la splendeur de la cuisine étaient hors du commun. Il fit connaître et aimer la cuisine thaï en général et la sienne en particulier, empreinte de vérité, d’intelligence, de respect et d’inventivité. Puis il disparut et on le retrouva à Saint-Tropez comme chef du restaurant d’un hôtel prestigieux en ville. Et on ne va pas tous les jours à Saint-Tropez, donc plus d’Oth Sombath.

simwherv

Après quelques péripéties qui ne nous regardent pas, il revient à Paris avec l’aide d’Eddy Mitchell qui, en grand fan du chef, lui ouvre un restaurant dans la rue du Faubourg Saint-Honoré. Lieu magique sur deux étages, cuisine exceptionnelle d’originalité et de fidélité à ses ravioles de saumon sauce à la coriandreracines. Fin du restaurant il y a quelques mois et nouvelle disparition du maître.

Oth Sombath is back ! La nouvelle s’étend comme un trait de sauce depuis quelques jours. Il vient en fait de prendre les cuisines du restaurant thaï de son ami Prasith Soubinh, propriétaire des Trois Nagas dans le 16ème arrondissement. Il est là et bien là, en cuisine et souriant comme à son habitude. Bien sûr, il n’a rien perdu de son talent même si il doit encore prendre ses marques et celles de l’endroit. Il y a des plats grandioses comme la fameuse Tom Yam de Oth, une soupe épicée aux champignons mais revue et corrigée par le chef. Le Pla Yang, sa fameuse daurade royale aux aromates thaïs grillée en feuille de bananier. Une merveille de saveurs subtiles… L’incontournable Marakot, une cuisse de canette au curry vert qui reste un pur chef d’œuvre. Les desserts où Oth Sombath excelle : Tako (crème de coco aux châtaignes d’eau en feuille de bay toey), Phailine (crème aux fruits de la passion), Nem au chocolat et celui à la banane grillée, sauce au vin et gingembre. Seules, les Ravioles de saumon sauce à la coriandre furent étonnamment sèches et servies à peine tièdes, comme le riz. Prendre ses marques…

Pour l’instant, il travaille dans une salle un peu tristoune (qui va être refaite), aux chaises pas très confortables, sous le métro aérien de Passy, mais on oublie tout devant un plat du chef. La saga Oth Sombath continue, c’est tout ce qui compte !

salle Aux trois nagasRestaurant Aux Trois Nagas
18, avenue du président Kennedy
75016 Paris
Tél : 01 42 88 27 95
www.auxtroisnagas.com
M° : Passy
Voiturier
Fermé dimanche soir
Menus (4 plats) : 19 € (déjeuner en semaine)
Dégustation du chef : 70 € (en 5 services)
Carte : 65 € environ

Haut de page