Portraits

FrenchEnglish

Thibaut Decoster ou l’apprentissage du succès par Corinne Vilder

 

Faut-il posséder un chai à barriques pour avoir l’âme vigneronne ? Autrement dit, peut-on se prévaloir du sérail viticole quand on a pris les commandes en 2004 de « deux petits jardins » à Saint-Émilion ? Thibaut Decoster, au charme discret d’un jeune homme bien né, décide un jour de « confronter son rêve à la réalité » et met le cap sur Bordeaux pour que « ma famille vienne à la vigne par mon intermédiaire». Diplômé d’une école de commerce « pour assurer mes arrières », et bien que bénéficiant de l’opportunité d’un investissement patrimonial, il part pendant trois ans au Château de Feuzial, Cru classé de Pessac Léognan. Sa manière « de voir le métier et d’être sur le terrain » se traduit par un poste d’ouvrier à la vigne et aux chais, tout en donnant un coup de main à la gestion commerciale. Thibaut Decoster veut faire fructifier « la terre comme mon oncle agriculteur » : une manière élégante de dire qu’il prend la direction du Clos des Jacobins, 8,5 hectares en Grand Cru Classé de Saint-Émilion et du Château Commanderie, 6 hectares en Saint-Émilion Grand Cru. Il sait qu’il devra attendre « son heure » auprès des meilleurs dont Hubert de Boüard (Château Angélus) à qui il a confié la restructuration et la modernisation de ses vignobles. Est-ce un hasard si la sagesse de ce décideur est déjà récompensée ? Mettez en cave le Clos des Jacobins 2005 accompli dans sa force et dans son caractère. Dégustez La Commanderie 2008 : si elle est prête à boire, c’est qu’elle a su capter tout le charme de la jeunesse qui sied à ce vigneron.

Clos des Jacobins
4.Gomerie
33 330 Saint-Émilion
Tél. : 05 57 24 70 14.

Clos des Jacobins 2005, environ 45 €.
Château La Commanderie 2008, environ 17€.
www.closdesjacobins.com

Haut de page