Archives

FrenchEnglish

Les vins en amphore par Corinne Vilder

 

C’est l’exemple parfait d’un mouvement qui s’amorce dans une spécialité. Le vin élevé en amphore – antique méthode de vinification – est en train de renaître en Europe par des vignerons soucieux de faire des vins plus proche de l’expression de leur terroir et de leur cépage. Quelle quête de vérité ! Mais tellement justifiée quand on a fait le choix d’une culture des raisins en biodynamie, de cuvées parcellaires, de réduction des goûts d’oxydation, de bois brûlé ou trop vanillé par un élevage en barrique mal maîtrisé. L’amphore ?
« Elle enlève le caractère trop solaire des vins et apporte des sensations différentes avec en sus une belle fraicheur aromatique » dit Philippe Viret du domaine de Viret en Vallée du Rhône. Il fut l’un des précurseurs français en 2005. Pour l’inénarrable et grand vigneron Jean-Claude Lapalu du Beaujolais, il s’agit d’un « joli coefficient de torchabilité » ce que l’on peut décoder par une fluidité, une tension, une droiture et une sensation de boire un vin plus minéral. Un petit groupe de vignerons s’est récemment constitué pour faire connaître ces vins élevés en amphore, certaines sont des poteries tandis que d’autres sont fabriquées en béton.
Actuellement, il s’agit de quelques cuvées bien ciblées qui mettent en avant la singularité du cépage comme le gringet, cépage autochtone de Haute-Savoie par Dominique Belluard, le Savagnin de Stéphane Tissot dans le Jura ou encore la courte durée de la vinification pour l’excellente cuvée Amphora d’Yves Canarelli en Corse. Décidément ces vignerons ont un esprit bâtisseur à la mesure des cuvées qui les honore.

Le groupe français des vins en amphore
Philippe Viret. www.domaine-viret.com
Stéphane Tissot. www.stephane-tissot.com
Dominique Belluard. www.domainebelluard.fr
Yves Canarelli. Closcannarelli2a@orange.fr
Sébastien Bobinet. Tél. : 02 41 59 38 16
Jean Claude Lapalu. Tél. : 04 74 03 50 57

Haut de page