Livres

EnglishFrench

Terra Madre

C’est peut-être en France que Carlo Petrini est le moins connu. Pourquoi ? Mystère. Trop politique ? Trop radical ? Pas crédible ? La mosaïque des différents terroirs français fait penser que nous faisons du local depuis la nuit des temps. Peut-être ? Le fondateur du mouvement Slow Food est un peu tout cela à la fois mais beaucoup plus et tant la force que la profondeur de son message ne peut laisser indifférent sous peine d’ignorance caractérisée. On ne peut avoir un tel impact dans plus de 150 pays sans toucher à un problème vital qui concerne un nombre croissant de personnes. Le message est clair : « Bon, propre et juste ! », lance-t-il à ceux qui ont en main notre alimentation quotidienne. Diversité des produits, proximité des cultures de ces mêmes produits, préservation des patrimoines et du savoir faire des régions, et valeur juste du prix et de la rémunération du travail. Paysans, producteurs, distributeurs, nombreux sont ceux qui se retrouvent dans ce message d’une limpidité absolue et qui est à portée de mains. Pour pouvoir, il suffit souvent de vouloir. Les preuves de l’inanité de notre système actuel nous sont apportées chaque jour davantage. Le succès de nos petits producteurs des marchés, les produits de terroirs que nous ramenons de nos voyages sont autant de preuves de notre besoin de vrai et de réel. Au moment où se tient en France (à Tours), une manifestation du mouvement Slow Food et à l’occasion de la sortie de son livre Terra Madre, le mieux est de laisser parler Carlo Petrini.
« Pour que manger redevienne une phrase à la voix active, une alliance, un accord doit se faire jour entre celui qui la cultive et celui qui la mange… La production doit être au service d’une gastronomie vivante, respectueuse de l’histoire et des habitudes d’un peuple. »
« C’est en partant du local que la nouvelle gastronomie est possible, que nous donnerons du sens aux choses et à notre présence sur Terre. Sans cette base, une bonne part de ce que nous sommes et faisons perd de son sens. Et avec la saveur, le savoir s’en va. » « Nous ne sommes pas en paix et nous ne le serons pas avant d’avoir compris que, sans régénérer les bases de notre relation avec la grande respiration de la terre, c’est à dire avec la nourriture, nous avons entraîné la transformation de la terre, de mère bonne et prévenante qu’elle était, en méchante marâtre, et il faut bien reconnaître que nous lui avons donné toutes les raisons de devenir ainsi. » « Recommençons à manger au lieu de nous faire manger, à regarder ce qui se passe dehors et non plus seulement à la télévision ou dans les journaux. Retrouvons nos sens pour comprendre ce qui est bon et connaître ce qui nous entoure, réapproprions-nous la réalité. »

Terra Madre
Renouer avec la chaîne vertueuse de l’alimentation
Par Carlo Petrini
Editions Alternatives
Prix : 18 €

Haut de page