Restaurants France

EnglishFrench

Le Moulin des 4 Saisons

à La Flèche (Sarthe) par Patrick Faus

: cuisine banale


: cuisine d’un bon niveau


: cuisine intéressante et gourmande


: cuisine de haut niveau… à tous les niveaux


: cuisine exceptionnelle

Moulin des 4 saisons_la flèche_2013©Stevan LIRA (5)

… l’assiette est un vrai bonheur, bien présentée, et appétissante à souhait …

Typique de cette région de la Sarthe et de la vallée du Loir, La Flèche est une bourgade comme la France en abrite des milliers. Paisible, bien ordonnée autour de la rue principale, chargée d’une histoire qui se reflète toujours dans une architecture bourgeoise, presque rigoureuse dans une approche sans extravagance. Henri IV a laissé une trace forte de sa présence et demeure très présent dans la ville par les noms des lieux et sa statue sur la grande place. La présence depuis longtemps de la grande école militaire y est aussi pour quelque chose. Une ville dans la ville, avec ses dortoirs et sa propre église, pour ce lieu destiné à former les élites militaires de la nation, ou ce qu’il en reste. Ainsi, la ville distille un charme un peu désuet mais tellement agréable, et le Loir qui la traverse rajoute à cette douceur jadis célébrée par des plumes qui en saisissaient toute la beauté profonde.

Moulin des 4 saisons_la flèche_2013©Stevan LIRA (4)

Le Moulin des 4 Saisons a la chance d’être au bord de la rivière, dans une bâtisse imposante datant du XVIème siècle, en tout cas pour les murs de base. Revu et corrigé, le lieu est aujourd’hui resplendissant en grande partie grâce au travail acharné et à la volonté sans failles de Camille Constantin, le chef, et de son épouse Karoline qui gère d’une main douce mais ferme la salle et la cave. Un couple complice et fidèle à leur volonté de faire de ce lieu une étape gourmande et de plaisir. Pari réussi, tant dans la salle à manger intérieure qu’aux beaux jours sur la terrasse au bord de l’eau.

Pari également réussi pour la cuisine avec l’arrivée cette année d’une étoile au Michelin, la seule pour l’instant dans les alentours. Reconnaissance d’un travail précis, d’une exigence de qualité des produits, d’un savoir faire peaufiné au long des années et que le chef garde intact pour arriver au maximum de son talent d’artisan de la cuisine.

La carte et les différents menus reflètent bien la volonté de Camille Constantin de plaire au plus grand nombre. Repas simple mais soigné et surtout abordable jusqu’aux menus aux produits nobles pour une cuisine plus sophistiquée. Deux exemples.

Le premier menu du déjeuner à 25 € est à la fois original et savoureux dans son ensemble.

Saumon au soja, mangue rôtie © P.Faus  - copie

Brochette de saumon au soja et mangue rôtie, belle pièce à la cuisson parfaite, jouant sur des accords exotiques soft. Poisson du jour, un cabillaud, bien saisi, posé avec tact sur une julienne de légumes de saison. Enfin, un superbe Gratin de fruits d’automne pour terminer en beauté un choix de plats du meilleur goût dans ce menu qui pourrait valoir le double sans être choquant. Générosité et un soin de tous les instants.

A la carte, le choix est magnifique. Variée, gourmande, sa lecture provoque des envies de tout commander. On aime ces moments où, plongé dans la carte d’un restaurant, on se prend à imaginer le plat, on se régale à l’avance, et l’on sent déjà qu’il y a un bon chef en cuisine.

Amuse-bouches © P.Faus  - copie

Rarement déçu, et en tout cas pas ici, surtout quand arrivent les amuse-bouches, le plus souvent besogneux. Soufflé au foie gras (goûteux), gaspacho (tout en fraicheur) et une petite verrine de canard et pruneau plus que parfaite. La suite s’enchaîne sans effort apparent.

Coquilles Saint-Jacques, risotto aux truffes blanches d'Alba © P.Faus JPG - copie

Premières Saint-Jacques des Côtes d’Armor, risotto aux truffes blanches d’Alba, s’il vous plait, et jus de cèpes. Superbe et goûteux plat de plein automne à l’équilibre parfait.

Filet de veau, ris de veau, cuisinés à la nougeoise © P.Faus  - copie

Le Filet de veau et ris de veau, cuisinés à la bourgeoise, sont victimes des modes du moment d’une cuisson à basse température qui donne une viande molle. Le chef se rattrape avec une petite poêlée de girolles et une savoureuse purée à la texture parfaite.

Soufflé au Cointreau et sa glace, tuile croquante © P.Faus  - copie

Point d’orgue avec un Soufflé au Cointreau et sa glace, tuile craquante.

Une cuisine appliquée, bien faite, à base de produits très sélectionnés. Le chef possède une exigence sur tous les détails, un savoir faire évident, dû à son passage chez Robuchon et Boyer à Reims, entre autres hommes d’importance. Il est vrai que sa cuisine est sage, que peut-être elle manquerait un peu de pep’s, d’un côté plus vivant, et d’une technique plus pointue pour sortir toutes les saveurs.

Mais, l’assiette est un vrai bonheur, bien présentée et appétissante à souhait. Alors, pourquoi faire la fine bouche devant cette maison si agréable, à l’accueil et au service parfait, à l’ambiance simple et chaleureuse, où le livre de cave géré par Karoline Constantin est d’une richesse incroyable (quelques 770 références) et d’une variété qui va au-delà de nos frontières et surtout vers l’Autriche d’où elle est originaire.
Grand choix de cafés et de thés.
Non, vraiment, de quoi pourrait-on se plaindre ?

Entrée © P.Faus  - copieLe Moulin des 4 Saisons
Rue Gallieni
72200 La Flèche
Tél : 02 43 45 12 12
www.camilleconstantin.com
contact@camilleconstantin.com
Fermé dimanche soir, lundi, et mercredi soir
Salles privatisables – Traiteur – Plats à emporter
Menus déjeuner en semaine : 25 € (2 plats, verre de vin, café) – 29,30 € (3 plats)
Menu Vivaldi : 37,90 € (3 plats)
Menu Les 4 Saisons : 45,30 € (3 plats)
Menu Le Plaisir : 59,30 € (3 plats)
Menu L’Insolite : 82 € (le choix du chef pour la table)
Carte : 75 € environ

Haut de page