Restaurants France

EnglishFrench

L’Auberge des Deux Tonneaux

à Pierrefitte-en-Auge (Calvados) par Patrick Faus

: cuisine décevante


: cuisine correcte


: cuisine intéressante et gourmande


: cuisine de haut niveau… à tous les niveaux


: cuisine exceptionnelle

Hervé Amiard le père, le fils, et le cuisinier © Gourmets&Co

Le style, le décor, et l’ambiance font tout oublier

 

A quelques kilomètres de Pont-l’Evêque, épousant le virage d’une petite route à l’entrée du village, l’auberge se dresse entourée de végétation. Une maison magnifique, typiquement normande avec son véritable toit de chaume, ses petites fenêtres, ses poutres apparentes à l’extérieur comme à l’intérieur, sa cheminée en pierre, son carrelage à l’ancienne, ses tables en bois bien dressées, et son petit bar à l’entrée. Basse de plafond bien sûr, confort rustique, et jardin irrésistible aux beaux jours.

Le patron habite au-dessus. Hervé Amiard a été photographe dans une autre vie et a côtoyé Ducasse pour son métier. Son fils est en salle et le cuisinier est plutôt pakistanais que normand. C’est l’époque qui veut ça. Qu’importe d’ailleurs car la cuisine ici, n’est pas un musée figé des classiques de la cuisine normande mais des recettes originales sur des idées du chef et du patron. Des plats plus personnels que traditionnels.

Lentilles, saumon © Gourmets&Co

A preuve ces Lentilles en salade ornées de tranches fines de saumon et de rondelles de cochon, le tout en une entrée froide copieuse, nourrissante et finalement agréable.
Joues de cochon, purée © Gourmets&Co

On retrouve le cochon en Ragoût de joues à la façon d’une « grand-mère » hypothétique qui devait préparer des sauces lourdes et peu goûteuses, avec une purée maison.

Pig Burger © Gourmets&Co

Le « Pig Burger » est une curiosité de la maison, sorte de monstre où se niche, entre deux pains aux lardons, de la viande de cochon hachée, une sauce, flanqué de salade verte, d’oignons confits, et de grosses frites assez réussies, le tout étant pour le moins imposant et en venir à bout nécessite un entrainement certain.

Teurgoule © Gourmets&Co

Quelle bonne initiative de proposer la Teurgoule. Cette recette typiquement normande apparait au XVIIIème siècle. Elle est originaire du Bessin suite à une disette provoquée par le gel du printemps sur les semailles suivi d’une grande sècheresse. L’intendant du roi fit envoyer des sacs de riz que les Normands connaissaient assez peu. Ils eurent l’idée de le faire cuire avec du lait, très abondant dans la région, et de le mettre dans le four du boulanger à température descendante. Il cuisait ainsi lentement et gonflait en se gorgeant de lait, sans être couvert ce qui donnait une croûte de lait sur le dessus. Il était plus sec qu’aujourd’hui dans le but de bien nourrir et de tenir au corps. Celle du chef tient au corps en étant fortement parfumée à la cannelle. Mais une teurgoule est une teurgoule et c’est assez rare pour ne pas bouder notre plaisir.

On peut boire de l’excellent cidre de la maison Dupont avec le repas. On se réjouit aussi de l’ambiance de cette maison unique dans la Vallée d’Auge, et de l’accueil simple et efficace. Sur commande, le chef prépare un gros poulet pour 4, farci et rôti, une cannette entière pour 2, et un cochon de lait farci pour 8 à 12 personnes. On ne plaisante pas !
Une bonne maison où le style, le décor et l’ambiance font vite oublier certaines faiblesses des assiettes. Qu’importe l’ivresse pourvu qu’on ait le flacon !

Jardin © Gourmets&CoA Pierrefitte-sur-Auge
Tél : 02 31 64 09 31
Fermé lundi
Fermé mardi sauf en juillet & août

Carte : 40 € environ

 

 

Lire la suite: Cormeilles Viandes – Jean-Pierre Bouvrée et la passion de la Normande

Retrouvez la totalité des articles “Reportage Calvados” dans le lien ci-dessous:
//www.gourmetsandco.com/tag/reportagecalvados/

Haut de page