Le Grand Colbert – Paris (IIème)

EnglishFrench

Le Grand Colbert

Paris (IIème) par Patrick Faus

: cuisine sans intérêt


: cuisine correcte


: cuisine intéressante


: cuisine enthousiasmante


: cuisine exceptionnelle

e38c3b74ee9862a1113be37351e2ab99.website

Les grandes Brasseries ne meurent jamais !

 

Elles durent et perdurent à travers le temps, le traversent sans prendre une ride, et deviennent pour nous une sorte d’ancrage et de point fixe dans un monde qui n’en a plus ou si peu. Ces lieux typiques de la fin du XIXème siècle ont sauté à pieds joints dans le XXIème sans prendre les petits trains des modes et autres manies des moments qui passent et ne restent pas dans les assiettes. Et c’est bien cela leur force et finalement leur vitalité. Cette manière d’être fidèle à un style et à une cuisine, en élaguant juste les surplus et les recettes qui ont fait leur temps. Car elles ne sont pas figées les brasseries mais elles épousent les temps sans en subir les diktats. On leur en est reconnaissant chaque fois que nous ouvrons leurs portes.

Aujourd’hui, la brasserie Le Grand Colbert (quel beau nom !) en est une des meilleures représentantes. A quelques pas de la Place des Victoires, on ressent ce même bonheur à y pénétrer. Et soudain, on est ailleurs.
Ce ballet qui vous emporte, vous entraine dès l’accueil, impeccable, aimable, efficace, le doux brouhaha des clients, le décor d’époque rajeunit mais avec respect, les tables aux nappes blanches bien dressées, la vaisselle rutilante, et le service aux petits soins malgré le monde.

Filet de bœuf Salade haricots verts, foie gras

Récemment, Le Grand Colbert a changé de chef. Excellente initiative car il fut un temps pas si lointain où ça bâclait un peu en cuisine. Le changement saute aux yeux (présentation des assiettes) et au palais (saveurs bien marquées). Ainsi, un clin d’œil lointain à Michel Guérard avec une Salade de haricots verts, noisettes, et foie gras, que relève une vinaigrette bien dosée. Un excellent Filet de bœuf à la cuisson comme demandée, goûteux et bien accompagné par des épinards frais et des frites réjouissantes. Béarnaise neutre, comme souvent en restaurants.

Frites, béarnaise, épinards. Paris-Brest

Un dessert plus que sympathique puisque le Paris-Brest ressemble enfin à un Paris-Brest. Il est rond, l’équilibre appareil/ crème pralinée respecté, et la pâte est croustillante. Seul bémol, il est servi trop froid, mais on peut attendre…

Carte riche et variée, carte des vins bien sélectionnée avec des entrées de gamme autour de 18 € et une moyenne de 35 €, vins au verre de 6 € à 15 €.

Résultat : une belle et savoureuse cuisine de brasserie. On se sent bien dans ce cocon où il fait bon s’attabler et qui fait chaud au cœur en ces temps de glaciation qui nous guettent. Le Grand Colbert est un îlot de bonheur et de chaleur.

2, rue Vivienne
750092 Paris
Tél 01 42 86 87 88
www.legrandcolbert.fr
M° : Bourse
Ouvert tous les jours

Menu : 31,50 € (3 plats) – 22,50 € (2 plats). Choix entre 5 entrées, 4 plats, et 3 desserts
Carte : 36 € (minimum) – 83 € (maximum)

Haut de page