La Mère Lachaise de Guy Martin – Chef : Romain Dassié – Paris (XXème)

EnglishFrench

La Mère Lachaise

de Guy Martin

Chef : Romain Dassié

Paris (XXème) par Patrick Faus

: cuisine sans intérêt


: cuisine correcte


: cuisine intéressante


: cuisine enthousiasmante


: cuisine exceptionnelle

1OK-guy-martin-mere-lachaise

Le Père Lachaise a (enfin) trouvé sa « Mère ».

 

Quel plaisir de découvrir le restaurant, flambant neuf, pimpant, coloré, avec en prime sa vaste et belle terrasse sur le grand terroir du boulevard de Ménilmontant. Un décalage bienvenu au vu du voisinage qui continue de prendre des postures de bobos-prolos du plus mauvais effet, avec pizzerias cheap et cafés faisant semblant de retrouver un esprit de résistance à l’on ne sait quoi.

Rien de tout cela à La Mère Lachaise sinon des prix très serrés qui permettent à qui veut de se régaler d’une cuisine avec un vrai chef aux manettes. Accueil et gestion du lieu géré avec talent, et sourire en prime, de Ludowig, responsable du restaurant, et service aux petits soins.

Romain Dassié - Chef © Patrick Faus

En cuisine, le jeune Romain Dassié, qui a travaillé au Lutetia, au West In, et bourlingué dans les cuisines de Los Angeles avant de rencontrer Guy Martin qui lui fait d’emblée confiance… et à juste titre. Il a la charge de la carte qui change à chaque saison (3 entrées, 4 plats, 3 desserts) et du menu (entrée, plat, dessert) qui change tous les lundis.

œuf mimosa, avocat, radis multicolores © Patrick Faus

Ses assiettes ressemblent furieusement au décor à l’image de cette remarquable entrée au menu : œuf mimosa, avocat, radis multicolore : beau dressage, ambiance printanière, festival de couleurs pour les yeux et de saveurs en bouche.

Quasi de veau, aubergines grillées © Patrick Faus

Dans la carte, le Quasi de veau est une pièce superbe et généreuse, cuite parfaitement rosée ma non troppo, accompagnée d’une variation de trois textures d’aubergine : en purée parfumée délicatement au citron noir d’Iran, en lamelles, et en pièce très grillées. Vous rajoutez un jus de cuisson expressif et voilà un plat dont on se souvient.

Pavlova , fruits rouges © Patrick Faus

Dommage pour le dessert (Pavlova aux fruits rouges) qui joue le hors saison : fraises pas mûres et farineuses comme partout, même punition pour les framboises, et le coulis qui en pâtit au niveau des saveurs. Certes, cet entre-deux saison est ennuyeux pour les fruits mais il suffit de patienter sachant que le goût sera toujours préférable à l’œil. On le regrette d’autant plus que l’assiette est belle, l’ensemble bien construit, et la meringue délicieuse.

Petit détail qui ne gâche rien de cette belle table, frissonnante, vive et fraîche avec, encore une fois, un rapport qualité/prix proprement redoutable. Une réussite de Guy Martin qui a trouvé la bonne formule et le bon chef. Un lieu à découvrir surtout avec les beaux jours qui arrivent pour jouir des bienfaits d’une bonne cuisine avant d’aller rendre un énième hommage à Jim Morrison reposant à quelques encablures. On ne se refait pas…

Terrasse © Patrick Faus78, boulevard de Ménilmontant
75020 Paris
Tél : 01 40 30 26 00
www.lamerelachaise.fr
M° : Père Lachaise
Fermé Dimanche

Menu : 19 € (2 plats) – 25 € (3 plats)
Carte : 44 € (minimum) – 56 € (maximum)

Carte des vins : entrée de gamme bouteille : 25 €
Vins au verre : de 6 € à 9 €
Ma sélection : Sancerre, Lucien Crochet, blanc, 2019

Haut de page