Restaurants Paris

EnglishFrench

La Maison Blanche par Patrick Faus

: cuisine banale


: cuisine d’un bon niveau


: cuisine intéressante et gourmande


: cuisine de haut niveau… à tous les niveaux


: cuisine exceptionnelle

… Que c’est bon d’avoir l’embarras du choix… !

C’est vraiment un lieu pas comme les autres qui possède un charme et un style hors du commun. L’adresse : avenue Montaigne ; l’accès : un ascenseur privatif au fond de l’immeuble ; l’arrivée dans cette salle lumineuse même quand le ciel de Paris s’entête dans la grisaille ; les tables devant l’immense baie vitrée qui offrent une vue sur Paris, Tour Eiffel comprise, pratiquement sans égale ; l’ambiance faite d’un équilibre subtil entre le chic et le confortable ; la clientèle « business » faussement affairée du midi, plus « couples » le soir ; enfin l’accueil pro sans familiarité mais personnalisé quand même par la personnalité du directeur de salle, Bruno Franck. On se sent tout de suite bien dans ce lieu que les frères Pourcel dirigent depuis longtemps maintenant et ils réussissent à le maintenir à un excellent niveau, surtout depuis quelques mois avec l’arrivée d’une excellente pointure aux cuisines : le chef Hervé Nepple. Un pro de la restauration du 8ème arrondissement, un spécialiste des challenges qu’il faut relever où des affaires qu’il faut lancer. En plus, un talent connu, reconnu, et qu’il démontre déjà depuis son arrivée en septembre 2012.
Pris dans le formidable menu à 58 € (3 plats) du déjeuner, les assiettes furent la démonstration du savoir faire, de la technique, et des idées gourmandes du chef pour élaborer une belle carte bien complète et donner une envie irrésistible de tout goûter. Que c’est bon d’avoir l’embarras du choix plutôt que l’expectative devant des cartes blanches !
Velouté de lentilles aux cèpes, œuf bio juste cuit, mouillettes au jus de jambon : chef d’œuvre d’onctuosité et de saveurs amicales. Tartare de daurade royale, croûte de pain noir soufflée, émulsion coraillée et poutargue : certes la daurade est crue donc un peu fade mais l’émulsion fait tout le travail et superbement. Bar à la plancha, poitrine de cochon confite, salsifis sautés, miroir au vin rouge : impressionnant de travail d’équilibre, de texture, et de goût, damned ! Malgré le monde autour, le bar d’une cuisson parfaite s’en sort très bien. Suprême de volaille jaune des Landes rôti, conchiglionis farçis aux champignons : éternelle manie de n’utiliser que les suprêmes du poulet, souvent un peu sec et c’est le cas ici. Bon accompagnement pour le premier (et le dernier) plat en demi-teinte. Desserts au top dont les Figues de Solliès rôties à l’orange, viennetta (dessert glacé en feuilleté) à la brousse de brebis, et une jolie variation sur la poire Belle Hélène en remplaçant le chocolat par de la crème de marron d’où Poire Mont-Blanc. Excellentissime !
Remarquable choix de vins au verre par un sommelier bien dans son affaire. Un ensemble parfait, une équipe qui reprend goût à rouler vite et bien, la carte d’hiver en place depuis quelques jours propose des plats remarquables et furieusement appétissants. On les suit.

La Maison Blanche
15, avenue Montaigne
75008 Paris
Tél : 01 47 23 55 99
www.maison-blanche.fr
M° : Alma Marceau
Voiturier
Fermé samedi midi & dimanche midi
Menus : 48 € (2 plats) – 58 € (3 plats) au déjeuner
Carte : 85 € environ

Haut de page